Comment choisir sa première caméra…

Quelle caméra choisir pour tourner un film?

(Article de Cinécours France) Si vous avez pour projet de faire l’acquisition d’une caméra dans le but de tourner des courts métrages, ceci devrait vous intéresser. Nous ne recommanderons pas une marque ou un modèle en particulier, cependant. Ce n’est pas le but. Il s’agit plutôt des aspects essentiels à considérer lorsque vous choisirez votre première caméra.

Tout d’abord, il faut songer à utiliser bien entendu un simple téléphone portable, comme le font certains professionnels du cinéma avec un succès certain. Si ces professionnels projettent sur grand écran leur film tourné avec un portable, c’est que cette solution de tournage n’est pas à négliger. Bien entendu, faire un film avec un portable n’impressionne pas la galerie. Une caméra traditionnelle, visiblement orientée cinéma fera un bien meilleur effet sur les gens. Mais si vous ne cherchez pas à épater, votre portable pourrait bien vous faire économiser temps et argent. Ceci tout en vous permettant d’atteindre vos objectifs de formation en réalisation cinéma.

 

Définissez d’abord vos besoins réels

Avant de choisir une caméra, vous devez identifier le plus clairement possible ce que sera son usage principal. Si vous prévoyez tourner des courts métrages, votre choix pourra être différent de ce qu’il serait pour des reportages de télévision.

Si vous tournez des courts métrages, vous aurez davantage besoin d’une caméra capable de tourner en basse lumière. Vous aurez aussi besoin de différents supports pour votre caméra. Certains seront fixent et d’autres mobiles. Vous pourrez aussi avoir besoin de microphones qui exigent une connexion spécifique, telle le format XLR. (Détails dans les cours)

Contrairement à la perception populaire, les caméras qui servent à filmer les situations de vie bien réelles gagneront à passer inaperçues. Par contre, plus une caméra sera petite et légère, plus elle sera affectée par les vibrations et les mouvements. Il faudra donc choisir un modèle comportant un stabilisateur d’images. Ces stabilisateurs occasionnent parfois une perte de précision dans l’image, une sorte de flou léger. Il faut faire les comparaisons qui s’imposent entre les modèles avant de prendre la décision finale.

 

Microphone de caméra et captation sonore.

La prise de son se fera sur la caméra elle-même lors certains tournages. Ce sera le cas pour les scènes aux mouvements rapides, comme filmer un véhicule qui passe. Si vous tournez des reportages, le déroulement de l’action risque d’être difficilement prévisible. Il faudra alors justement avoir recours à la captation sonore directement sur la caméra.

Dans ce genre de situations, la captation sonore doit être dynamique, c’est-à-dire qu’elle doit coller à l’image, à l’action. Le microphone installé sur la caméra devra donc faire partie de votre matériel. Si votre microphone n’est pas suffisamment sensible, vous devrez vous approcher de l’action. S’il est trop sensible, il captera probablement de manière trop évidente toutes les petites manipulations de la caméra, y compris le moteur du zoom et les cliquetis de certains boutons actionnés pendant votre tournage. Encore ici, l’expérimentation est nécessaire.

En bien des situations, le micro idéal sera très sensible et offrira un patron de captation sonore pointé vers l’avant. Le patron de captation, c’est ainsi qu’on désigne le schéma représentant la zone sonore captée par un microphone. Vous aurez alors un angle restreint, presque fermé, comme celui de la figure B qui suit. Ensuite, à la figure A, se trouve un angle de captation sonore ouvert qui va capter tous les sons provenant de la zone couverte. Ce genre de patron sonore étant nettement plus large, tous les bruits voisins de la cible que vous enregistrez seront captés.

Figure A, angle ouvert – – – – Figure B, angle fermé

Par exemple, si vous enregistrez une conversation sous les arbres par journée venteuse, vous ne pouvez pas utiliser un micro à angle ouvert. Sinon, le bruissement du vent dans les feuilles sera bien trop présent.

Les microphones, selon la marque et le modèle, offrent donc des niveaux de sensibilité différents et des angles de captation variés. Vous trouverez sur le Web les fiches techniques des micros qui vous intéressent. Notez au passage que ce n’est pas parce qu’un microphone coûte cher qu’il est automatiquement meilleur. Vous pouvez trouver d’excellents micros à prix abordables, des micros qui vont correspondre à vos besoins. Sachez aussi qu’il vaut mieux posséder plusieurs microphones pour faire face aux différentes situations de tournage.

 

 

Résister à la tentation d’acheter une grosse caméra.

En deux décennies d’enseignement du cinéma, nous avons vu certains étudiants commettre une bien triste erreur. Ils se sont procuré une caméra d’un niveau quasi professionnelle dès le départ! Ce sont des milliers d’euros qui ont été ainsi dépensés, alors que l’étudiant n’était absolument pas prêt.

Suivez une formation cinéma avant de vous procurer une caméra spécialisée.

Dans la formation, vous apprendrez ce qui vous attend, en tant que réalisateur. Vous allez vivre les situations de tournage auxquelles vous serez confronté. Vous allez apprendre ce que doit faire votre caméra et vous en explorerez les limites. Pour cela, une caméra tout à fait banal fait l’affaire. Un gros plan sur votre caméra de portable ou sur une caméra de 10,000 euros reste un gros plan.

Nous ne pouvons donc que vous encourager à suivre les cours avec une caméra toute simple, avant de songer à investir dans une caméra plus évoluée. De cette manière, vous ferez à coup sûr un choix éclairé. Vous ne risquerez pas de vous retrouver avec une caméra qui ne correspond pas à vos besoins.

Dans les écoles de cinéastes, nous voyons chaque année des élèves qui ont acquis une caméra trop coûteuse. Cela les oblige à se priver sur d’autres aspects de la production. Songez qu’on s’attend de vous à une démonstration de bon jugement, en tant que réalisateur. Vos acteurs et vos équipiers auront bien du mal à vous prendre au sérieux si vous avez tout mis dans la caméra.

 

Emprunter ou louer une caméra vidéo, cela fait partie de la façon de choisir une caméra.

Voilà une solution simple, abordable et intelligente de prendre contact avec une caméra avant d’en faire l’acquisition. Des entreprises louent des caméras aux réalisateurs. Ces caméras se louent à la journée, à la semaine ou sur de longues périodes. Les prix sont abordables au point qu’il vaut mieux éviter d’acheter une caméra qu’on peut louer d’abord.

C’est la meilleure manière de la connaitre, de la mettre à l’épreuve, avant de faire le grand pas. Par ailleurs, n’oubliez pas que votre nouvelle acquisition sera vite une caméra démodée. Bien des cinéastes se contentent d’ailleurs d’une caméra bon marché pour l’essentiel. Ils s’en servent pour filmer les répétitions, faire le repérage des lieux de tournages. Ils ne louent une caméra professionnelle ou semi-professionnelle qu’au moment du tournage. Comme ça, ce n’est pas à eux d’assumer la désuétude de la caméra.

Autre point important au sujet de la location d’équipement, c’est que les centres de locations en viennent à très bien connaitre les réalisateurs qui louent leur matériel. Il s’établit alors une relation d’affaires durable et le réalisateur peut obtenir un tarif préférentiel. Le plus souvent, ce ne sera pas un rabais sur le prix, mais plutôt une journée ou deux d’utilisation sans frais. Ceci en échange d’une mention au générique de la production, avec les remerciements habituels.

 

Autre aspect important, le support d’enregistrement de la caméra.

Les caméras vidéos proposent plusieurs types de support d’enregistrement. L’important c’est d’éviter la dégradation des enregistrements. Sans compter les risques de pertes des données enregistrées. Ce qui doit vous guider, c’est d’abord la qualité de l’enregistrement, suivi de la sécurité de ces derniers. Vous allez aussi vous familiariser avec des expressions comme « la compression » des images.

Si vous voulez accroître la durée de vos enregistrements, choisissez une caméra qui permet d’ajouter une carte mémoire externe. Il y a aussi des caméras qui permettent l’ajout de plusieurs de ces cartes.

Pour plus de sécurité, bien des réalisateurs s’empressent de transférer le contenu de la caméra sur un ordinateur portable. Ils le font même à quelques reprises durant une journée de tournage. Pour la plupart cependant, c’est une précaution superflue. Sauf pour ceux qui ont eu une mauvaise expérience, évidemment. Perdre une demi-journée de tournage peut avoir des conséquences sérieuses. Alors, prendre quelques minutes pour transférer le contenu d’une carte et le sécuriser, c’est bien peu exigeant comme précaution.

Note – En France, c’est la majorité de nos étudiants en cinéma qui fait désormais ses exercices de tournage avec un téléphone portable! Cliquez ici pour en savoir plus.